accueil

LA FOLIE TRISTAN (B. Sermonne)

 

C.V. 
DISCOGRAPHIE 
MES INSTRUMENTS 
MUSIQUE ANCIENNE 
MUSIQUE ACOUSMATIQUE 
CRÉATION SONORE 
THÉÂTRE 
SPECTACLES/ANIMATIONS 
FACTURE INSTRUMENTALE 
CONTACT 

 

 

Poème anonyme du XII° siècle

librement traduit de l'anglo-normand dans son mètre original par

BRUNO SERMONNE

 

 

Chant 5 : "La reine Iseut"

extrait du CD La Folie Tristan

 

Chant 16 : "Le chien Husdent"

extrait du CD La Folie Tristan

 

enregistrement et réalisation Jean Michel Deliers

 

Mise en scène

 

TONIA GALIEVSKY et BRUNO SERMONNE

 

 

Musique instrumentale et vocale des XIII° et XIV° siècle adaptée par

JEAN MICHEL DELIERS et DENIS ZAIDMAN

Lumière

PATRICK MARCHAND

Réalisation de la bande-son

JEAN MICHEL DELIERS

Masque

CLAUDE VERNERET

avec

TONIA GALIEVSKY

BRUNO SERMONNE

CÉLINE CAVAGNAC

JEAN MICHEL DELIERS

DENIS ZAIDMAN

( et la participation de PHILIPPE GIRARD )

 

Production Compagnie Bottom Theatrum Musicum

Le texte de LA FOLIE TRISTAN traduit par Bruno Sermonne est édité chez ACTES SUD - PAPIERS.

Création : Théâtre Molière-Maison de la Poésie/Paris.

Abbaye de Maubuisson, Théâtre Firmin Gémier/Antony, Théâtre Jean Cocteau/Château-Thierry, Théâtre d'Evreux-Scène Nationale, Festival "Dramaturgie de la Poésie"-Théâtre du Collège Néerlandais/Paris, Journée de la Poésie de Rodez, Musée du Moyen Age-Thermes de Cluny/Paris.

haut de page

 LA LETTRE DU MUSICIEN

En retrouvant le Moyen Age

[...] Il y a les rendez-vous atypiques et les surprises heureuses, telle cette Folie Tristan donnée à la aison de la Poésie. Là, une petite équipe habitée vient de revisiter avec un vrai bonheur de mots , de sons, de gestes , ce mythe, fondateur s'il en est, de notre imaginaire occidental.

Tirant sa force d'une économie de moyens exemplaire - un simple masque posé sur la nuque de la récitante et Tristan se fait fol à la cour du roi Marc pour crier une fois encore son amour à Iseut -, la mise en scène toujours allusive de Bruno Sermonne noue poésie, musique et rêve dans un même chant : avec la complicité d'un instrumentarium "hautes époques" très agissant. Un spectacle marqué, atout combien précieux, du signe de la différence et de l'intelligence.

Roger Tellart

 IMPACT MÉDECIN HEBDO

[...] En ressucitant La Folie Tristan, Bruno Sermonne a entrepris un travail précieux et nécessaire de communication. Un des premiers manuscrits sur le mythe universel de Tristan et Yseut, La Folie Tristan, est rendue en effet au public moderne de manière particulièrement efficace et simple. Le spectacle accompagné d'une musique jouée sur instruments anciens est à la fois beau et fidèle. Le sentiment oublié d'un monde sensible à la fois étrange et proche envahit le Théâtre Molière-Maison de la Poésie.

 

 FIGAROSCOPE

Coup de coeur - Une réussite

Un spectacle de poésie tout à fait réussi. Rien de plus difficile que ce genre où il faut allier la plus extrême sobriété avec un minimum de théâtralité. [...] Tonia Galievsky est superbe de simplicité et de grâce retenue. Sa voix et sa présence sont envoûtantes. Bruno Sermonne, grand comédien, lui donne la réplique avec beaucoup d'attention et de respect. Deux musiciens ponctuent cette lecture à deux voix en évitant tout pléonasme. Sermonne, en outre, n'a pas hésité à reprendre le texte pour nous le rendre plus proche. Il a eu raison : son travail est magnifique.


Une superbe version de Tristan et Yseult, merveilleusement adaptée par Bruno Sermonne et subtilement jouée. Une réussite, digne et sobre, qui vous fera passer une bien belle soirée. A ne pas manquer.

J.-L. J.

 BOUM BOUM ! LE MAG

ATTENTION COUP DE COEUR

Rythmé comme un adagio mélancolique à la gloire de l'amour, ce superbe spectacle au lyrisme courtois et échevelé parvient à capter les sens des plus réticents. Séduit par la saveur singulière de ce lai anonyme, Bruno Sermonne (mise en scène) s'est attaché à retrouver la musique du texte d'origine. Le résultat est confondant de beauté : Tonia Galievsky, idéale de sobriété et de profondeur nous emporte comme des fétus de paille dans cette histoire d'amour mythique. Poésie, chant et imaginaire s'élèvent dans un même chant envoûtant, ce qui nous vaut la plaisir de savourer une heure et des brouettes en apesanteur totale et de saluer un grand comédien qui a toujours fait dans la qualité et l'élégance.

 

 LA TRIBUNE DESFOSSÉS

[...] C'est ce texte que Bruno Sermonne met en scène avec trois comédiens. Les troubadours Jean Michel Deliers et Denis Zaidman, à l'aide d'instruments anciens (vielle à roue, assortiment de flûtes, percussions...) donnent le la. Tonia Galievsky, déclame la légende médiévale et donne corps à Iseut, tandis que Bruno Sermonne, du fond de la salle, interprète un Tristan éperdu. [...] Dans la mise en scène dépouillée et précise de Bruno Sermonne, le verbe, lyrique, se mêle aux notes d'une musique enchanteresse en un accord parfait. Un moment délicat, ardent. Rare.

O.B.

 DRAMATURGIE DE LA POÉSIE

 

Le spectacle qu'ont donné Tonia Galievsky et les musiciens Jean-Michel Deliers et Denis Zaidman est remarquable. Ils ont servi comme des "officiants", mais sans pompe ni rhétorique, le merveilleux poème anonyme du XIIe siècle traduit de l'anglo-normand dans son "mètre" original par Bruno Sermonne : on se rend compte de prime abord que cette poésie, haute et intense, fait partie de notre imaginaire occidental.

J'ai dit spectacle, il faudrait dire "concert", c'est à dire concerto - d'un instrument vocal lyrique et poétique de Tonia Galievsky et de deux instrumentistes jouant de divers instruments du Moyen Age, certains presque exotiques, oubliés aujourd'hui, la chalémie et le tympanon.

Le poème tout entier est à la gloire de l'amour recouvré de Tristan et d'Yseut. Recouvré comment ? Par la folie. Du moins, par les signes de simulacre de la folie : Tristan fait le "fou" pour, ainsi accoutré, rappeler à Yseut "l'amour fou" dont on ne sait pas si elle l'a oublié, mariée maintenant au roi Marc. Seul Shakespeare ressaisira cette puissance d'arcane à la mort et à l'amour de la folie, dans le Roi Lear.   

C'est à une véritable liturgie que nous sommes invités, de son et de sens. Admirable travail, avec une comédienne aux déploiements sonores multiples, d'ombre et de lumière qui sait nous plonger dans l'onirisme de ce langage d'amour traversé par la mort.

Jean Gillibert.

(Psychiatre, psychanalyste, homme de théâtre, écrivain)

 

 LE JOURNAL DE NERVURE

Le spectateur est au coeur de la pièce, emprisonné avec bonheur entre les acteurs, et se laisse gagner par la passion communicative et légitime de leur jeu [...]. La musique complète à merveille et s'intègre parfaitement à la souplesse et à la vivacité du texte qui "doit se donner à voir et à entendre".

Pierre-Henri Poirot

haut de page

 

haut de page


Copyright (c) 2008 jean-michel-deliers.com. Tous droits réservés.