accueil

SOLOMONIE LA POSSÉDÉE

 

C.V. 
DISCOGRAPHIE 
MES INSTRUMENTS 
MUSIQUE ANCIENNE 
MUSIQUE ACOUSMATIQUE 
CRÉATION SONORE 
THÉÂTRE 
SPECTACLES/ANIMATIONS 
FACTURE INSTRUMENTALE 
CONTACT 

 

 

de

GILBERT LÉLY

poème dramatique tiré du conte d'Alexeï Remizov

précédé de

NE TUE TON PÈRE QU'À BON ESCIENT

 

Solomonie la Possédée

extrait n° 1

 

Solomonie la Possédée

extrait n° 2

 

enregistrement France Culture - réalisation Marie-Ange Garrandeau

 

Mise en scène

 

CHRISTIAN RIST

 

assisté de

GHISLAINE GONZALÈS et FRANÇOISE LEBEAU

Scénographie

DANIÈLE VIRLOUVET

Musique

JEAN MICHEL DELIERS et DENIS ZAIDMAN

Costumes

CONSUELO ZOELLY

Lumières

GHISLAINE GONZALÈS

Maquillages

REIKO KRUK

avec

JEAN MICHEL DELIERS

CHRISTIAN FOURNIER

LAURE HUSELSTEIN

SERGE LELAY

HÉLÈNE LEROUX

ISABELLE MORANE

RICHARD SAMMEL

HÉLÈNE DE SAINT-PÈRE

VERONIKA VARGA

DENIS ZAIDMAN

 

Création : le 13 juillet 1996 en l'église des Célestins pour le 50ème Festival d'Avignon.

Théâtre Molière-Maison de la Poésie/Paris, Maison de la Culture/Bourges, Théâtre de l'Union/Limoges.

Diffusé sur France Culture le samedi 7 septembre 1996 à 20h45, dans une réalisation de Marie-Ange Garrandeau.

 

Le Voir Dit - Compagnie Christian Rist

 

haut de page

 LIBÉRATION

Rist relit Lely à très bon escient

Grâce soit donc rendue au metteur en scène Christian Rist, qui exhume une tragédie et un poème dramatique de Lely jamais représentés [...] Donné dans l'ancienne église des Célestins, le spectacle de Christian Rist fait l'effet de deux coups de tonnerre. [...] Un parti pris de simplicité - tout pour le texte.

Christian Rist sait insuffler à ses comédiens toute sa science de lecteur amoureux de la langue. Du bel ouvrage.

René Solis

 LE MONDE

Avignon festival érotique - L'église des Célestins saisie par la chair et la volupté

Sensualité, possession, volupté : un spectacle vient, à point nommé, donner une touche érotique au Festival d'Avignon [...] Il s'agit de deux textes, présentés l'un à la suite de l'autre, qui sont dus à Gilbert Lely, un expert en la matière puisque biographe de Sade. Le premier est une tragédie immorale au titre ironique, «Ne tue ton père qu'à bon escient », tragédie brève, impudique, fort bien écrite, qui raconte les malheurs de Médée, séduite puis réduite à l'état d' « honorable putain » par son amant sans scrupule. Le second est un poème dramatique, « Solomonie la Possédée » , dont le rôle-titre est incarné par la jeune comédienne Veronika Varga, soumise à un exorcisme qui attire les foules.

Christian Rist, le fondateur du Studio Classique, met en scène ces deux textes incandescents, dans lesquels, comme il en a l'habitude, il fait chanter les corps et affleurer le plaisir.

Brigitte Salino

 LE FIGARO

La volupté de l'effroi

Gilbert Lely écrit dans une langue intacte, cousue d'or, intouchée par le temps, à la fois précieuse et classique.

[...] On est sous le charme, grâce à Veronika Varga, très jeune comédienne au jeu ingénu et charnel. Ce pourrait être insuportable ce numéro de bacchante. Non, il y a de l'enfance et du songe dans ses arabesques corporelles, je ne sais quoi d'ému, de soyeux, de sincère, dans sa diction. Autour d'elle, les autres comédiens forment une sorte de choeur.

On est touché par l'humour de Christian Rist qui irrigue le jeu des comédiens et rend supportables toutes ces affreuses sornettes. Qu'est-ce qu'une femme ? C'est cela la question, l'énigme. Ce que Rist nous propose, ce sont, au fond, des variations sur le code de l'effroi : d'abord la tragédie, puis le conte. Dans cette église des Célestins, nue et ruinée,  tout conspire à la fureur d'un rite oublié, d'un tourment, archaïque et sensuel.

On frémit avec Veronika sous la caresse de l'eau tiède ou la morsure du Diable. On est captivé mais on rit sous cape de ces affres, de ces pâmoisons de mauvais anges à l'ombre des remparts de Kiev ou de Nijni-Novogorod. C'est un grand bonheur.

Frédéric Ferney

 LE JOURNAL DU THÉÂTRE

La séduction du péché

Solomonie, poème dramatique tiré du conte d'Alexeï Remizov, séduit instantanément. Une jeune villageoise est mise à l'écart par le clergé : elle est possédée. Devant nous, elle vit sa possession et sa souffrance qui la mènent à une grossesse diabolique. […] Très hiératique, le spectacle de Christian Rist oppose dans l'épure des lignes la jeune femme, seule avec son démon intérieur, et les autres (Hélène Leroux, Serge Lelay). L'actrice qui combat avec tout son corps et s'asperge d'eau dans une terrible purification est une révélation : Veronika Varga porte et emporte de tout son corps ce langage très écrit. […] L'instant offert par Lély, l'actrice et toute l'équipe est unique.

G.C.

 LE MÉRIDIONAL

Gilbert Lely : Les chiens du désir

La beauté des mots habite Christian Rist et parfois celle de la seule musique des mots : qui ne se rappelle à Avignon Le Savon de Ponge en 1985 et son invocation au Cloître du Palais Vieux en 1986 : il proférait le Générique des noms des 1001 personnages du Drame de la vie de Valère Novarina et on assistait en direct à la naissance de la poésie, c'était prodigieux.

Cette année, Christian Rist, obstiné découvreur de filons précieux, nous offre Gilbert Lely : un poète « qui a organisé son invisibilité » derrière l’œuvre du marquis de Sade dont il fut le grand biographe et le maître d’œuvre de la première édition au Cercle du Livre Précieux. […] C'est donc à la révélation d'un classique maudit du XX° siècle que nous assistons dans l'église des Célestins avec deux poèmes dramatiques fulgurants : Ne tue ton père qu'à bon escient et Solomonie la possédée, et grâce à des comédiens "habités".

A mi-chemin entre tragédies de Racine et vaudevilles surréalistes à la Jarry ou à Lautréamont, ces deux créations absolues devraient faire sortir de l'obscurité un poète dont l'oeuvre et la vie n'ont servi qu'un seul maître : la liberté. Liberté d'esprit comme résistance à toute les barbaries et à tous les embastillements, liberté du désir qui dresse ses "chiens d'une férocité aiguë, à faire le beau et ne s'en laisse point déchirer".

D.C.

 LE QUOTIDIEN DU MÉDECIN

Solomonie (Veronika Varga, troublante et inquiétante) est un exemple de pureté et de chasteté. Mais une nuit, après son mariage avec un viel homme, elle sera possédée par les démons de l'amour, sortes de reptiles insatiables qui l'assailleront de toute part.

[...] Nue sous la langue, cette écriture, gravée à même la peau, a la beauté d'un testament de lumière.

[...] Dans "Solomonie", on admire la présence crissante, électrique, nerveuse, troublante, de Veronika Varga. Rist a choisi une volontaire neutralité. Il veut que l'on entende le poète. Mais les acteurs aussi nous touchent.

S.Z.

 LE QUOTIDIEN DE PARIS

[...] Maginfiques acteurs, maginifique mise en scène : voilà le spectacle qu'il faut voir cette rentrée, même s'il ne bénificie pas du battage médiatique imposé autour du retour de certains vieux beaux ... Ici, pas de visages surexposés, pas de V.I.P. dans la salle; le propos n'en est pas austère pour autant. Les acteurs communiquent une élégante passion contenue (Hélène de Saint-Père et Veronika Varga en tête), qui pourrait valoir à Gilbert Lély une seconde jeunesse méritée. Un remarquable travail des costumes et de la lumière séduit sans détour : pour une fois, ces prétentions esthétiques servent avec une rare intelligence les dialogues. Le rideau se lève sur un son marin hypnotique et se referme sur des applaudissements fournis et sincères.

Pierre Fageolle

 TRANSFAC

Voici certainement l'une des meilleures cuvées d'Avignon 96. Deux fables de Lély mises en scène magistralement par Christian Rist. [...] L'ombre du divin marquis n'est pas loin. Elle couvre même cette soirée cruelle et érotique d'un souffle délicieusement incorrect. Voire troublant.

 

haut de page


Copyright (c) 2008 jean-michel-deliers.com. Tous droits réservés.